Vive la lutte des glaces !

En ce début de mois de février, c’est amer que je vois les températures grimper à toute bringue… et l’espoir d’une belle saison de cascades de glace s’étioler peu à peu. Après les coups de froid de janvier, voilà que l’hiver nous donne des avant-goûts de printemps. Tant mieux pour les allers-retours nocturnes à vélo entre l’appartement et l’entreprise, mais que diable vont devenir les cascades ? Inquiet à l’idée que la saison glaçon ne se résume pour moi qu’au Grand Laus, je contacte les amis haut-alpins pour improviser un petit séjour dans la foulée.Lire la suite »

Le Grand Laus ouvre la danse

Le plus dur en alpinisme, c’est le réveil. Être extirpé brutalement de ses rêves par une alarme ignoble ou un compagnon de cordée un brin plus matinal, sortir de sous sa couette bien chaude pour enfiler à la va-vite ses vêtements de montagne n’ont rien de très engageant. Et c’est généralement dans ces moments-là que l’on se demande pourquoi l’on part en montagne aujourd’hui… et que l’on en vient, parfois, à espérer qu’une météo horrible vienne nous obliger à retourner au fond du lit, alors même que la perspective de la course envisagée nous a excités pendant de longs jours jusque-là. Étranges, les réveils.Lire la suite »

Sus aux apparatchiks !

Grande voie Apparatchik’s Tripes (Ailefroide, Écrins)

Après notre traversée des arêtes de La Bruyère, l’ami Matthieu et moi avions envie de retrouver le granite et l’escalade qui pique, qui tire, celle qui nous fait suer, pousser des râles et nourrir quelques petites angoisses. Une fois encore, nos regards se sont tournés vers Ailefroide, temple de la dalle en granite, en direction de la Draye, où nous avions déjà parcouru plusieurs voies au printemps et cet été (Show Biz et Two Hot Men). Cette fois, nous optons pour Apparatchik’s Tripes, une voie de 250 mètres, cotée TD- (escalade en 6a+), qui semble avoir belle réputation, certains la considérant comme la plus intéressante du secteur. Lire la suite »

La Bruyère, une arête de caractère

Traversée des arêtes de La Bruyère (Cerces)

L’automne approche et les premières chutes de neige sensibles se sont déjà manifestées dans les Alpes, jusqu’à très bas en altitude. Mais le manteau blanc qui recouvre les sommets est timide, fragile, et, dans les Hautes-Alpes, il ne résiste globalement pas aux belles éclaircies ensoleillées des jours qui suivent. Ce sont donc des sommets à nouveau tout secs que je retrouve, ce lundi 19 septembre, quand le train parti de Marseille me conduit dans l’Embrunais. J’y retrouve Matthieu, pour de nouvelles escapades verticales en montagne – histoire, pour lui, de laisser un peu ses poules en totale autonomie quelques heures, et, pour moi, d’évacuer les quantités de gaz lacrymogènes une énième fois respirés lors de la dernière manifestation contre la loi Travail à Paris, le 15 septembre.Lire la suite »

Une rencontre avec la reine de l’Oisans

Directe sud du Grand Pic de la Meije, voie Allain-Leininger (Écrins)

Pas facile de faire le récit de cette ascension de la Meije, tant je voudrais qu’il puisse au mieux traduire les sentiments qui m’ont accompagné tout au long de ce voyage extraordinaire. La Meije est la montagne qui m’a toujours le plus fasciné, dans les Alpes comme dans le reste du monde, allant jusqu’à habiter certains rêves – jamais dramatiques. Pourquoi ? D’abord pour son allure, superbe, délicate, élégante. Tout est beau dans la Meije, qu’il s’agisse de son versant nord – qui semble filer vers le ciel à toute allure, et où la roche se pare de beaux glaciers – ou de sa face sud, cette incroyable muraille de granite et de gneiss, à la plastique si particulière, si atypique, qui vient fermer le long vallon des Étançons. Ensuite, parce qu’elle règne sur l’Oisans, pays qui m’est devenu très cher, pour son précieux aspect sauvage et pour avoir vu mes premiers pas en alpinisme. Et, contrairement à bien d’autres montagnes, elle ne légitime pas ce trône par son altitude : avec ses 3 983 mètres, elle n’est que le deuxième sommet de l’Oisans, dominé par le pic Lory (4 088 mètres), une des antécimes de la barre des Écrins.Lire la suite »

Sur les dalles de l’Encoula

Grande voie Pourquoi pas, L’Encoula (Écrins)

Samedi 3 septembre 2016. C’est après une longue semaine à zieuter tous les jours la météo sur Internet, hésitant à annuler la sortie en fonction de ce que racontaient les prévisionnistes de Météo France – particulièrement indécis –, que, ce jour-là, en fin d’après-midi, Éric et moi nous retrouvons à Meylan pour rejoindre en voiture le hameau de La Bérarde. Et c’est sous un beau ciel bleu que nous quittons, avec bien du plaisir, la cuvette grenobloise et sa chaleur suffocante. Une heure et demie de route plus tard, nous trouvons la fraîcheur de l’Oisans et, chargés de nos sacs et du matériel de grimpe, nous nous engageons dans le vallon du Vénéon, en direction des petits « alpages » du plan du Carrelet. Lire la suite »

Sur le fil des Cinéastes

Traversée de l’arête des Cinéastes (Écrins)
Grande voie Two Hot Men (Ailefroide, Écrins)

Retour en montagne avec le camarade Matthieu, pour deux jours d’escalade dans les Écrins. Cette fois, après moult tergiversions, nous jetons notre dévolu sur la traversée de l’arête des Cinéastes, sise au-dessus du refuge du Glacier-Blanc et culminant à 3 205 mètres d’altitude. L’ensemble est une jolie formation rocheuse, une arête dentelée pourvue de six belles pointes de granite. Sa face ouest donne sur le glacier Blanc, sa face est sur le glacier Tuckett, et on l’escalade sous le regard – attentif ? moqueur ? – de sa majesté le Pelvoux. Niveau cotation, l’ensemble est donné pour AD, avec un équipement de sécurité qui, course d’arête oblige (ou presque), est quasi inexistant (excepté les relais, présents).Lire la suite »

On voulait la neige, on a eu le rocher !

Chaud Biz (Ailefroide) / Paroi du plan (Freissinières) / Roche Rousse (Châteauroux-les-Alpes). 

Deuxième parenthèse en altitude dans cet Hexagone secoué par un mouvement social bien ancré, mais légèrement chronophage. À la base, Matthieu et moi projetions de faire l’ascension de la barre des Écrins (4 102 mètres), par le couloir de Barre-Noire, avec un passage d’acclimatation au pic d’Arsine, entre le 30 mai et le 2 juin. Mais les chutes de neige du week-end du 28-29, abondantes en altitude nous disait-on, nous obligèrent à reporter l’affaire de quelque huit jours (après avoir un temps songé, en lot de consolation, au couloir de Pélas-Verney).Lire la suite »

Petite escalade printanière en grandes voies

Le Surplomb jaune, Le Ponteil (Écrins) / Le Bal, Ailefroide (Écrins).

Alors que le gouvernement s’échine depuis plus d’un mois à maintenir son projet de loi Travail malgré le désaveu populaire, alors que ses flics essaient de briser avec une violence décomplexée le mouvement social en cours – étouffant par-ci, éborgnant par-là –, prendre de la hauteur pendant quelque jours s’impose vivement. Les poumons, la gorge et les yeux en ont assez de subir, plusieurs fois par semaine, les gaz ou les gels lacrymogènes : « De l’air, de l’air, de l’air ! » réclament-ils, à moitié sacrifiés.Lire la suite »

Mais si, la glace est (un peu) là !

Cascades La Colère du ciel (Écrins) et Y de droite (Queyras)

Y a pas à dire, cet hiver n’est pas des plus propices à l’escalade sur glace. Et, en cette fin février, on a beau chercher, difficile de trouver des glaçons bien formés. Mais quand on veut on peut, dit-on, et, les 25 et 26 février, Nico, Manu et moi avons tout de même réussi à promener nos carcasses avides de glace sur quelques-unes des dernières cascades en conditions des Hautes-Alpes. Lire la suite »